Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 17:19

s

            Église Saint-Jean-Baptiste

L'église Saint-Jean-Baptiste est située en ville basse dans le quartier de Vaux, c'est un des plus anciens de la ville.
Avant l'arrivée des Romains dans la région, deux chemins permettaient d'accéder au plateau où des habitations, plutôt des grottes (creutes ou creuttes), étaient situées aux extrémités de la butte ; côté Ouest on y arrivait par le chemin des Valezis, côté Est par La Valise. L'église Saint-Jean- Baptiste a été construite au départ du chemin de La Valise.
Au Moyen Âge le faubourg de Vaux jouissait d'une bonne prospérité, vers 1250 on y comptait de 1000 à 1500 habitants.

La nef de  Saint-Jean-Baptiste, de style roman, date probablement du XI eme siècle,  peut être début XIIeme (M. Melleville donne l'éventualité du Xeme ) c'est sans doute l'église primitive. Le chœur, fin XIIeme siècle semble avoir été copié sur celui de la cathédrale, pour le clocher et le transept, les travaux débutèrent en 1200 mais ne furent jamais terminés, le transept  couvert en "provisoire" dut attendre le XVIeme pour avoir une voûte basse. Fin XVIIIeme le plafond et la toiture seront remis en état.
En 1870 l'explosion d'une poudrière causa beaucoup de dégâts, le chœur fut ébranlé, la façade Ouest  dotée d'un porche en avant, détruite. Reconstruction de cette partie de 1872 à 1877, restauration du reste de l'église de 1890 à 1931.


vitrail vaux avitrail vaux b

Repost 0
9 novembre 2009 1 09 /11 /novembre /2009 21:00

 

       Porte d'Ardon(Porte Royer ou Royale)

Quatre portes anciennes existent encore  à ce jour ; la porte d'Ardon, la porte des Chenizelles et la porte de Soissons se trouvent sur les remparts, la dernière, la porte Henri IV est l'entrée de la Citadelle.




Au IXeme siècle la Cité est entourée d'un rempart continu, la porte Royale,  percée dans la muraille donne accès au palais du Roi et à l'abbaye Saint-Jean (abbaye Notre-Dame à l'époque). Vers le XIemesiècle, quatre portes principales permettent d'entrer ou de sortir de l'enceinte.

La porte d'Ardon est attestée au Xeme siècle, elle a été probablement reconstruite au XIIIeme siècle.
Porte double formée d'un châtelet avec herse, assommoir et vantaux , en avant barbacane. Tous ces éléments de protection  contre d'éventuels assaillants ont été détruits.

Au devant, en 1741 une autre porte fut construite (sculptée par Charles Hottin).
 


    En 1823 l'abreuvoir au dessous de la porte d'Ardon  est aménagé partiellement, un lavoir couvert  voit le jour.


Pour rendre l'accès à la ville haute plus facile, la rampe d'Ardon est fortement modifiée en 1858, la porte construite en avant est supprimée.
C'est en 1900 que la porte d'Ardon est restaurée, elle sera classée Monument Historique le 14-04-1909.

.


Après la cathédrale Notre-Dame, le site de la porte d'Ardon avec son environnement, le rempart Sud, la promenade de la Couloire est un des endroits le plus apprécié des Laonnois et des visiteurs.








La "verdure" est toujours très présente sur le flanc de la butte.

La porte d'Ardon vue de tous les côtés.

Porte d'Ardon : rue Enguerrand Quarton
Propriété de la commune
Voir aussi l'album photo : Porte d'Ardon

Repost 0
1 novembre 2009 7 01 /11 /novembre /2009 11:25

               




Généralités

Laon présentation                      Article publié

Laon histoire simplifiée             Article publié

Laon petites histoires                  Article en cours                 

Laon personnages célèbres        Article à venir        

Laon divers                               
Article en cours

 



 

 
 Monuments


01 cathédrale a

 02 porte d'Ardon a

03 abbaye Saint-Martin a
04 abbaye Saint-Vincent a
05 abbaye Saint-Jean a
06 square tour p a
07 chapelle des Templiers a
08 remparts a
09 église Saint-Jean-Baptiste a
10 Hôpital général a
11Monuments Historiques a
11 Monuments Historiques suite

 

12 Laon la nuit a



13 Laon fantaisie a
14 Laon sous la neige a
15 Laon images diverses a
    16 poma 2000 a                                                                                                                           
17 couleurs d'été 2008 a
18 couleurs d'été 2009 a
                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               
18 a couleurs d'été 201018b arts libéraux

 

19 heures médiévales a
20 circuit historique 2010
21 descente père -Noël 2008-copie-1

 

22 Illuminations 09

Plusieurs années seront nécessaires pour faire ce programme

 

 

Repost 0
22 octobre 2009 4 22 /10 /octobre /2009 16:43


Le blason

Le blason de Laon est composé de trois fleurs de lys et de trois merlettes.

Les fleurs de lys ne représentent pas une concession royale, mais l'union de la commune
à la couronne , l'emblème de la fidélité à la Patrie, alors symbolisée par le Roi.

Pour les merlettes, oiseaux sans bec ni pattes,  l'origine n'est pas bien connue.
C'est peut-être en rapport avec les Laonnois révoltés en 1112 contre leur évêque qu'ils
tuèrent, subissant ensuite la répression royale.
Autre hypothèse : le symbole des chevaliers revenant mutilés des croisades.
Encore une possibilité, ce serait au départ pour distinguer deux juridictions ( seigneuriale et religieuse) qui  
avaient le même emblème, l'une coupa le bec, l'autre les pattes. Plus tard ,  la réunion des deux 
en fit la  représentation actuelle.
Variante de la dernière version : en 1360 la France doit payer une forte rançon aux Anglais pour la libération de leur Roi Jean II le Bon. Laon atteint sa quote-part grâce à la célérité de deux de ses magistrats, pour les remercier ils sont autorisés  à mettre sur leurs armoiries l' emblème de la ville. De même que plus haut pour les différencier l'un coupa le bec, l'autre les pattes , "l'assemblage " des deux nous donnant le blason que nous connaissons.

Cela suppose pour les deux dernières possibilités qu'au départ nos volatiles étaient des canettes.

Définition de merlette au sens héraldique : figure représentant une canette mornée (sans bec, ni pattes).


 

Les bœufs de la cathédrale
Ils sont seize, une légende locale peut en expliquer la présence ; après l'incendie de  1112, lors d'un chantier  de restauration de l'édifice restant (1114) un miracle se produisit : un bœuf attelé, chargé d'amener des matériaux,  s'écroula exténué, mystérieusement il fut remplacé par un autre bœuf qui termina la tâche puis disparut de façon tout aussi bizarre. Au moment de la reconstruction de la cathédrale , en souvenir de cet événement c'est huit statues sur chaque tour côté ouest qui furent installées.
Une autre version nous dit que c'est plus simplement pour rappeler que ce sont des bœufs qui firent le travail exténuant de monter sur un plan incliné les matériaux pour alimenter le
chantier.


 
les sept merveilles de Laon
C'est avant la Révolution que cette appellation trouve son sens. De toute la France et pourquoi pas de toute l'Europe, on se devait de venir admirer à Laon , ses sept merveilles.
La premiére de la liste c'est bien sur La Cathédrale Notre-Dame (voir article à ce sujet)
Puis L'Eglise abbatiale de Saint-Martin (voir article sur l'abbaye Saint-Martin)
         L'Eglise abbatiale de Saint-Vincent (voir l'article sur l'abbaye Saint-Vincent)
         L'Etang des moines ( voir l'article sur l'abbaye Saint- Vincent)
         La Tour Penchée de Dame Eve (voir l'article sur le square de la Tour Penchée)
         L'Os qui pend (voir les explications qui suivent)
      La Pierre à clous
(voir les explications qui suivent)

Aujourd'hui (en 2009) il ne reste plus à admirer que trois de ces sept merveilles. L'Eglise abbatiale de Saint-Vincent a été détruite à la Révolution, l'Etang des moines est à sec, de plus l'abbaye Saint-Vincent est passée dans le domaine privé, l'Os qui pend n'a pas survécu à la Révolution, de même pour la Pierre à clous (pour l'Os qui pend des fragments restants sont visibles au musée ). Reste donc la Cathédrale Notre-Dame, l'Eglise Saint-Martin et la Tour Penchée. Notre ville a fort heureusement beaucoup d'autres sites à montrer aux visiteurs, Laon possède plus de 80 Monuments Historiques.

Revenons à l'Os qui pend, ce serait pour la version la plus sérieuse une 1/2 mâchoire de baleine, mais on trouve également une côte de baleine. Cet os fut ramené d'Angleterre en 1113 par des Chanoines faisant la quête pour la reconstruction de notre cathédrale. Lorsque celle ci vit le jour,  début XIIIemesiècle,  l'os se trouva suspendu  à l'entrée (sous le porche principal) pour le culte marial? 

Cette image est extraite du livre : Le Laonnois pittoresque de Charles Westercamp, elle est intitulée "La cathédrale au XVIIIeme siècle" , on peut apercevoir l'os accroché au porche. Il mesurait sans doute plusieurs mètres de long ; si on ajoute la longueur des deux fragments restants, les deux mètres sont déjà  légèrement dépassés.
Maximilien Melleville,  dans son ouvrage : Histoire de la ville de Laon,  parle d'un os de cétacé fossile trouvé à Laon ou dans les environs, explication erronée.
(Sur ce dessin on voit une flèche sur la tour droite , cet élément sera traité dans l'article :  Cathédrale)

La Pierre à clous
La septième merveille de Laon était une pierre (grès) presque carrée d'environ 0,70 m de côté, plantée de clous,conservée dans un des murs du réfectoire des Chanoines, elle fut détruite à la Révolution.
La fable des Maires de Barenton en serait à l'origine, il s'agit de Barenton-Bugny, Barenton-Cel et  Barenton-sur-Serre, villages où trois frères avaient des responsabilités. L'histoire commence vers 1335, le Chapitre (corps des Chanoines) outrepasse ses droits en imposant à ses sujets la taille (impôt) à volonté, vingt-cinq villages environ du Laonnois se révoltent et refusent cette nouvelle contribution, 20 000 livres pour l'abolition de la commune de Laon (je ne sais pas du tout ce que  représente cette somme aujourd'hui), les commissaires royaux chargés de "l'encaissement" sont mis en fuite. Les envoyés du Roi pour solutionner ce début de fronde enferment les présumés coupables, les jugent sans trop respecter les obligations de l'époque et neuf d'entre eux seront pendus. Pour prouver leur innocence, les Maires de Barenton auraient avant leur supplice enfoncé à mains nues dans une pierre des clous.
Une autre variante nous dit que c'est leur mère  après leur mort qui enfonça de ses mains les pointes, espérant qu'avec cette action extraordinaire la  mémoire de ses fils serait réhabilitée.
La rumeur populaire, suite à cette affaire ne se calma point mais le Roi pour ne pas créer de précédent, confirma le jugement.  Peu après ils furent tout de même blanchis et le Chapitre dut célébrer tous les ans le 4 août un service des morts à la mémoire de ces suppliciés, il se transforma par la suite en service pour les morts de tout le diocése  pour ne pas perpétuer une mauvaise image des autorités.

Cette histoire est une fable mais sous bien de ses aspects elle serait applicable à d'autres époques.

J.F.L. Devisme dans l'Histoire de la ville de Laon nous dit que les neuf suppliciés furent officiellement réhabilités en 1338 mais qu'aucun Maire des Barenton n'y figurait. le service du 4 août pourrait remonter à une autre date.

M. Melleville dans son Histoire de la ville de Laon en citant dom Lelong préfère situer l'histoire de la Pierre à clous en 1115 (220 ans de différence tout de même). A cette époque à Laon un important vol de bijoux fut commis, le  présumé coupable et d'autres personnes dont les Maires de Barenton durent subir une épreuve ; celle ci consistait à être plongé dans un bassin, si la personne restait à la surface elle était considérée innocente, si elle coulait elle était déclarée coupable, nos Maires s'enfoncèrent et furent suppliciés. Leur mère pour prouver leur innocence enfonça d'une seule main des clous dans une pierre , le vrai coupable fut démasqué, les Maires réhabilités, le service du 4 août, lui,  daterait de 1160.

Dans cette affaire un seul  fait a été "expertisé" bien plus tard, c'est la possibilité d'enfoncer des clous dans un grès, et bien il n'y a rien d'extraordinaire à cela. Le grès concerné était d' un genre très poreux, au moment de  l'extraction d'une carrière, on pouvait sans trop de mal y enfoncer un objet pointu, puis avec le temps et le contact de l'air la pierre se durcissait.  
 

 


 creutes1 copie

 

 creutes 2

 

 CREUTES 3

 

 

A SUIVRE 

 

 

Repost 0
19 octobre 2009 1 19 /10 /octobre /2009 18:24


 


Cité médiévale
plus de 80 Monuments Historiques

 

Préfecture de l'Aisne (02), peuplée de 27500 habitants : les Laonnois.
Ville scindée en deux : la ville haute, construite sur une butte, c'est la partie médiévale au passé historique important (Militaire, religieux, culturel, artistique...),  entourée de remparts.
La ville basse, plus récente s'est étendue au pied de la colline (dénivelée 100m environ).

                 La butte de Laon avec son imposante cathédrale s'aperçoit de loin


Vue côté nord

Vue côté sud

Vue côté sud (de loin)

 Vue côté nord-est

Vue côté est 

Vue côté ouest














































Tous les Monuments Historiques se trouvent sur le plateau (ville haute) sauf quatre en partie
basse. Ces exceptions sont l'église Saint-Jean-Baptiste (Vaux), le Colombier (Vaux), l'ancienne abbaye de Montreuil (La Neuville) et le portail de l'église Sainte-Elisabeth (Leuilly).

Un dossier plus complet sur les Monuments Historiques sera publié ultérieurement.



     Vue imaginaire de Laon





Fin de l'article
A suivre Laon histoire simplifiée
Repost 0
17 octobre 2009 6 17 /10 /octobre /2009 15:25

COMMUNE LAON copie 2COMMUNE LAON a copie

laon 1845

 

 

 

    Laon histoire simplifiée

 


En 57 av. J. C. bataille de Bibrax près de Laon. Victoire de Jules César, allié des Rémes, sur la coalition Belge.

Construction des premières murailles de la ville vers 360 par les Romains (sur la partie Est de la butte).

Saint-Remi, né près de Laon en 437 ?, devient évêque de Reims en 459, il crée au début  du VI° siècle le diocèse de Laon . Son premier évêque sera Génebaud.

742 ?:  Naissance de Charlemagne (Charles 1° le Grand), fils de Pépin le Bref et de Berthe (ou Bertrade) dite au grand pied, fille de Caribert, Comte de Laon.

987 : fin de la dynastie des Carolingiens, les derniers rois régnaient sur un royaume très amaigri, résidaient principalement à Laon et de ce fait la ville pouvait s'enorgueillir d'être la capitale de la France. Les Capétiens la délaissèrent.

Fin 11°, début 12° siècle, la cité de Laon était renommée en Europe pour son enseignement grâce à Anselme.

  1112 : révolte des Laonnois contre Gaudri leur évêque qui voulait résilier la charte de commune obtenue
   précédemment. Celui-ci fut tué, un important incendie détruisit une partie de la ville, dont l'église cathédrale de l'époque.

 2° moitié XII° siècle, début de la construction de la cathédrale actuelle.



plan cathé a
13°siècle : la ville est complètement entourée de remparts, soit 6 km environ (hors abbaye Saint-Vincent qui
a son enceinte propre). Au cours de son histoire elle sera assiégée de nombreuses fois mais jamais prise au
 cours d'une bataille. Cependant elle changea de "Maître" à plusieurs occasions : ruse, trahison, partage, négociation, tapis-vert... furent plus efficaces que les boulets de canon.

Le côté religieux est très présent à Laon, vers 1350, il y a plus de 50 édifices (églises, chapelles; oratoires)
sur le plateau. Actuellement (2009), les églises "actives" ne sont plus que deux en ville haute, six en
ville basse.
                                              Cathédrale Notre-Dame                  (Ville haute)
                                              Église Saint-Martin                         (Ville haute)
                                              Église Saint-Jean-Baptiste             (Vaux)
                                              Église Sainte-Elisabeth                   (Leuilly)
                                              Chapelle de Montreuil                     (La Neuville)
                                              Église Saint-Pierre aux Liens         (Ardon)
                                              Église Saint-Marcel                          (Gare) édifice récent
                                              Église Notre-Dame du Sauvoir       (Charlemagne) édifice récent

             Il y a également le temple de l'Église évangélique (1887) rue de l'Arquebuse.

1594 : Henry IV assiège la ville qui s'est rangée du côté des ligueurs. Après reddition de la cité le Roi en fait
raser une partie (quartier Est) pour y construire la citadelle.

1789 : c'est la Révolution, Laon perd une partie de son patrimoine historique au cours des années suivantes 
(destructions, ventes, etc...).

1814 : Napoléon, lors de la bataille des 9 et 10 mars ne peut reprendre la ville occupée par les troupes du
Maréchal Blücher.

1856-1857 : construction de la gare de Laon, agrandissement en 1898. Destruction lors de la guerre 14/18 
puis en 1944. Reconstruite.
1857 : mise en service de l'escalier Municipal; c'est le chemin le plus direct pour accéder au plateau (à pied).

1899 : le 09-07  inauguration de la liaison ville haute-ville basse par un tramway à crémaillère. Arrêt de la 
ligne pour raison de sécurité en 1971.

1914 /1918 : 1° guerre mondiale, la ville est occupée par les Allemands le 02 septembre 1914, libérée
le 13 octobre 1918. Privations importantes pour les Laonnois  pendant cette période ; seulement 4350
habitants environ sont encore là en octobre 1918, pour 16000 au début du conflit.

1939 / 1945 : 2° guerre mondiale, mai 1940, la France est envahie, Laon passe sous le joug Allemand
jusqu'en septembre 1944. Les bombardements alliés du printemps 1944 feront beaucoup de dégâts,  en
particulier du côté de la gare.

1989 : ouverture au public (après 10 ans d'étude, construction et essais) du mini-métro Poma 2000 qui
reprend le tracé du tramway. Bien que rendant service à beaucoup de Laonnois  ce mode de transport ne sera  probablement jamais rentable.

2005 à début 2008 : la façade de la cathédrale a droit à un lifting, les autres parties de l'édifice en ? .

2008 : incendie de l'abbaye Saint-Vincent (logis abbatial).

De 1988  à 1993 et après 1997  le Député de la circonscription est  Monsieur René Dosiére (apparenté PS).
Ancien Maire (1983 à 1989). Né en 1941.

Depuis 2001 le Maire de la ville, est Monsieur Antoine Lefèvre (UMP), élu Sénateur en 2008. Né en 1966


 

 

Laon histoire
Laon histoire
Laon histoire
Laon histoire
Laon histoire
Laon histoire
Laon histoire
Laon histoire
Repost 0

Présentation

  • : Le blog de C.C.
  • Le blog de C.C.
  • : LAON Cité Médiévale,plus de 80 Monuments Historiques. A découvrir par la photographie
  • Contact

Texte Libre

Recherche

Catégories

Liens